Réincarnation : ce n’est pas si mystique de changer de corps

 

reincarnation age yoga&vedasBien que le sens du mot « réincarnation » est souvent conçu comme mystique nous  vivons ce phénomène à chaque instant. En sanscrit ce terme comporte 5 parties : « re » : encore une fois  ou à nouveau, « in » : à l’intérieur, « carn » : la chair, « ate » : devenir, « ion » : processus. Donc littéralement : « le processus d’entrer à nouveau dans la chair  ». A chaque jour, chaque heure et même à chaque minute notre corps change : certains tissus sont remplacés par d’autres etc.,  mais nous ne nous en apercevons pas car cette réincarnation se produit très lentement. Regardez votre propre corps à 2 ans et maintenant, ce n’est pas du tout le même corps, vous vous êtes « réincarné » au fur et à mesure des années. Pourquoi alors mettre en question cette loi de l’Univers ?

 

Les hindous sont-ils les seuls à se réincarner  ?

 

Dans la culture occidentale il est normal de considérer la réincarnation comme une croyance religieuse, et pourtant ce phénomène est d’ordre scientifique. Nous faisons parfois cet amalgame car c’est surtout la philosophie spirituelle orientale qui explique le principe de la réincarnation.  Mais les lois de l’Univers s’appliquent à tous les hommes et dans le monde entier ! Ne serait-il pas absurde d’affirmer, par exemple, que la loi de la gravitation ne s’applique qu’en Europe, mais ni en Afrique, ni en Asie ? 

 

Qu’est-ce qui se réincarne ?

 

Si la définition de la réincarnation est « un processus d’entrer  à nouveau dans la chair» cela signifie que quelque chose d’autre que le corps est à l’intérieur du corps, n’est pas ? Pour comprendre et accepter le processus de la réincarnation il est nécessaire tout d’abord de déterminer de quoi s’agit il ? Qu’est-ce qui change de corps ? 

 

En Occident le sujet de la réincarnation est remis constamment en question car nous sommes identifiés au corps et aux pensées du moment présent. Mais même dans l’interval d’une vie nous pouvons voir que notre corps et nos idées changent : un bébé se transforme en vieillard en 80 ans, les envies d’une adolescente ne sont pas les même que celles d’une mère de 3 enfants. Mais malgré les changements, le sentiment du MOI reste présent et il est le même tout au long de la vie. Nous sommes donc quelque chose de plus important et de plus durable que ce corps et que ces pensées ! 

 

pancha kosha 5 envelopes jivatman paramatmanDans la Bhagavad Gita ( 2.24 ), Krishna dit à Arjuna « Le Soi ne peut être ni coupé, ni brulé, ni mouillé, ni asseché. Il est Eternel, Omniprésent, Inébranlable, Immuable et Ancien. »

 

La littérature védique décrit les êtres comme le Soi ou l’âme habillé en costumes ou koshas (enveloppes). Ces enveloppes sont éphémères mais nous semblent  plus importantes que tout à cause de notre identification au personnage que l’on joue dans cette vie. 

 

Encore une citation très explicite de la Bhagavad Gita ( 2.22 ) qui affirme : « Comme un homme jette des vêtements usagés pour en revêtir des neufs, l’étre incarné abandonne les corps usés pour entrer dans de nouvelles formes. »

 

On peut retrouver les clés pour cette compréhension existentielle dans notre langage : nous disons « ma jambe», « ma tête », « mes pensées », « mon humeur ». On ne dit jamais « moi jambe », « moi tête », « moi pensées », « moi humeur ». Ceci veut bien dire qu’il existe un Moi qui pense être le possesseur de toutes ces matières et énergies, n’est-ce pas ? Et c’est bien ce  Moi-là qui se réincarne.

 

Quand une personne ne se regarde plus soi comme  homme ou femme, ou français, ou américain, jeune ou âgé, pompier ou journaliste, maître ou élève, mais comme une âme, comme Conscience, comme une partie du Divin, il est alors naturel pour lui de comprendre le principe de la réincarnation.

 

Pourquoi se réincarner ?

 

Quel est donc le sens de ce processus de réincarnation ? Pourquoi changer de corps et ne pas vivre dans le même corps éternellement ?

 

reincarnation color web yoga&vedas

La principale raison de la loi de la réincarnation se trouve dans nos propres désirs. Les textes védiques disent qu’en fonctions de ses désirs chaque être reçoit un certain type de corps qui peut les satisfaire. L’Univers est plein de compassion et la loi de la réincarnation est établie pour satisfaire nos désirs ! Si par exemple un être développe le désir de voler, il peut satisfaire pleinement son désir dans un corps d’oiseau (beaucoup mieux que dans un corps d’homme), alors que pour le désir de manger constamment c’est le corps d’une vache qui est le plus adéquat. Cette énergie du désir s’appelle en sanscrit « iccha shakti », c’est elle qui conditionne le chemin de la réincarnation. Le corps humain est cependant prédestiné au travail sur la conscience, pour la réalisation de sa nature éternelle et divine et pour réaliser l’Unité de ce monde. Et c’est cette réalisation qui  permet de surpasser l’égo et l’identification au corps, et de retrouver la paix et l’amour inconditionnel et éternel. 

 

 

Comment ça se passe ?

 

Visualisons l’âme, le Soi ou « atman » en sanskrit, comme un noyau enveloppé du corps physique mais également de plusieurs couches de corps subtils (pranique ou énergétique, mental,  intuitif et causal). Avez la mort du corps physique les couches du corps subtil restent toujours autour de l’atman et c’est dans le corps subtil que l’information de iccha shakti, c’est à dire tous les désires de l’être, est enregistrée. Une nouvelle incarnation se passe au moment où iccha shakti rencontre « maya shakti » (énergie matérielle). Un nouveau corps est tissé donc selon les désirs que l’être a envie de satisfaire. Car selon la loi de cause à effet ou « karma » en sanscrit, tant qu’il y a des désirs l’Univers les satisfait. Les désirs et attachements ne disparaissent pas avec la mort du corps physique. Ils voyagent dans le corps subtil qui entoure l’âme et servent de passerelle vers le prochain corps. Cela explique pourquoi les moines et toutes les personnes qui choisissent la spiritualité comme priorité de vie travaillent sur le contrôle des désirs et sur le détachement, car ce sont bien nos désirs qui nous maintiennent dans l’illusion.

 

 

Regardez l’interview avec Akshayananda Prabhu

 

 

 

Réincarnation dans les traditions spirituelles du monde

 

Il est devenu automatique d’attribuer la notion de réincarnation à la philosophie orientale, mais cette notion est présente dans tous les enseignements de toutes les époques.

 

Dans la Bible (Dieu dit à Job qu’il donne 3 – 4 chance de vie) et très précisément dans le Talmud, le Zohar (qui parle de 3 à 6 renaissances possibles / II, 14). 

 

Dans les Evangiles Jésus à de nombreuses occasions parle très librement de la réincarnation, en particulier au sujet d’Elie, qui s’est déjà réincarné sur terre : « Je vous dis qu’Elie est déjà revenu ». Mathieu (17,5, 10).

 

Les pharisiens croyaient au retour des âmes des justes dans un autre corps selon l’historien juif Flavius Joseph (Guerre des Juifs, II, 162, Ier siècle).

 

Origène (185-285), vivant à Alexandrie, était très influencé par le néo-platonisme et reprend dans le christianisme les idées de Platon et de Plotin sur la préexistence des âmes aux corps : « Chaque âme vient au monde fortifiée par les victoires de ses vies passées, ou affaiblies par leurs défaites ». 

 

Saint Grégoire de Nysse (330-395), théologien et philosophe influencé par Origène, écrit “Il y a nécessité de nature pour l’âme immortelle d’être guérie et purifiée et que si elle ne l’a pas été par sa vie terrestre, la guérison s’opère par les vies futures et suivantes”.

 

Les gnostiques vont perpétuer la doctrine de la réincarnation avec Valentin, Basilide et le Livre secret de Jean ou Pistis Sophia, puis avec les Cathares et les Albigeois.

 

Montaigne reprend l’idée de réincarnation à partir des Métamorphoses (15) d’Ovide et écrit que Pythagore l’a emprunté aux Egyptiens : les vaillants devenant lion, les voluptueux pourceaux, les lâches lièvres et les malicieux renards, jusqu’à ce que purifiés par ce châtiment ils retrouvent un corps humain (Essais, II, 11).

 

Tel célèbre soufi comme Rumi écrit en 1250 qu’il « a été minéral, plante et animal avant que d’être homme » (Odes mystiques 4).

 

Campanella, Henry More, Lamartine, Victor Hugo, Lessing, Goethe, Emerson, Franklin, Tolstoï ont défendu la réincarnation. Giordano Bruno fut brûlé par la Sainte Inquisition en l’an 1600 pour avoir écrit que l’âme transmigre de corps en corps.

 

ciel reincarnation yoga&vedas

 

Préparé par Maitri

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *