4 voies du yoga

 

Ils existent tellement de types de yoga, que l’on a du mal parfois à s’y retrouver. Quel yoga enseignez-vous ? Quel yoga pratiques-tu ? Mais il s’agit souvent de plus ou moins la même chose : de la pratique des postures. Ce sont seulement des styles et des méthodes légèrement différentes : hatha, vinyasa, Iyengar, ashtanga, power yoga. Nous parlerons ici des quatre voies classiques de yoga : le bhakti yoga, le karma yoga, le jnana yoga, le raja yoga.

 

On les distingue pour mieux les comprendre avec le mental, en les découpant rationnellement, mais en réalité aucune des voies n’est séparée des trois autres! Elles sont enchevêtrées comme les sont les mélodies des instruments dans une symphonie.

 

Le terme « yoga » signifie en sanskrit « lien » ou encore « union ». Ces quatre voies ont donc le même but : le retour à la Source Divine, l’Illumination, la Connaissance du Soi, ce sont juste les chemins ou, pourrait-on aussi dire, les moyens de transports pour nous y amener qui diffèrent.

 

Karma Yoga

karma

 

Karma signifie en sanskrit « action ». Karma yoga est la voie du service désintéressé ou en anglais, sonnant mieux comme « self less service ». Attention, cela ne signifie pas forcement ou uniquement le travail dans les projets humanitaires ou aide aux démunis. Karma yoga c’est surtout l’attitude de réaliser un travail sans sentir d’attachement à ce travail, c’est-à-dire sans attente d’une récompense financière ou d’éloges. Cela consiste aussi à se détacher de l’inquiétude liée aux fruits du service que nous rendons : « Est-ce que j’ai tout bien fait ? », « Est-ce utile ? ». Le vrai karma yoga consiste à être dans une attitude de lâcher prise, tout en faisant de son mieux !

 

Une telle pratique s’appelle également « nishkama karma » : « nish » signifiant une négation, « kama » signifiant plaisir, « karma » signifiant action. Le vrai karma yogi n’est pas attaché à son service par le lien des plaisirs matériels, mais  accomplit  tout avec une seule idée : de servir le Divin, servir le monde. Comme ça il n’est pas l’objet des inquiétudes et des tourments du mental. Par exemple, quand une caissière fait un chèque, elle ne pleure pas ; tout comme elle ne saute pas de joie, quand elle encaisse un chèque. Prendre ou donner de l’argent lui importe peu car elle sait que l’argent ne lui appartient pas, mais est celui de la banque. De même manière un karma yogi sait que tout, même ses propres talents qu’il met au service des autres, ne sont que des outils qui lui ont été prêtés.

 

Karma yoga aussi et surtout doit être pratiqué avec un mantra ou une prière qui tourne au niveau mental. C’est cela justement qui donne le yoga (lien) et qui lui permet d’être autre chose qu’un simple karma (action).

 

Mère Thérèse et Mata Amritanandamayi Devi (Amma) donnent des splendides exemples de la nature des véritables karma yogis.

 

Jnana Yoga

jnana

 

Jnana signifie en sanskrit « connaissance » ou « sagesse ». Mais Jnana n’est pas une simple information, une étude savante, jnana c’est la connaissance absolue, la sagesse éternelle, la vérité, le chemin vers le Soi. Les Upanishades disent qu’il y a trois chemins successifs pour recevoir une telle connaissance :

 

•            Sravana : écoute

•            Manana : réflexion

•            Nididhyasana : méditation, expérience

 

Pour avancer sur le chemin de jnana, il est nécessaire de suivre un maître spirituel qui a déjà eu l’expérience « nididhyasana »  et peut la transmettre de cœur à cœur, c’est-à-dire du sien à celui de ses disciples. Sans ce maitre,  l’enseignement resterait théorique. La vraie connaissance a la puissance de changer votre vie, de faire fondre le cœur, d’écouter le Silence intérieur !

 

Dans la tradition védique, on voit souvent les disciples servir leur maître, ceci ne doit pas être confondu avec une forme ou une autre d’exploitation. C’est uniquement quand on sert, que l’ego en nous se calme, et que notre cœur s’ouvre afin d’y faire pénétrer la vraie sagesse !

 

Les quatre moyens ou qualifications requis dans la discipline du jnana yoga sont :

 

1. Viveka : discrimination. La capacité de distinguer la réalité de l’illusion, le Soi de l’ego.

2. Vayragya : le détachement. La compréhension que le monde est illusoire et qu’il ne faut pas s’attacher aux choses, personnes, sentiments, idées ou concepts. Seul le Soi est éternel.

3. Shad-Sampat : les 6 vertus :

•            Sama : le contrôle du mental

•            Dama : le contrôle des sens

•            Uparati : la capacité de vivre modestement et avoir un état élévé de conscience

•            Titiksha : l’endurance, capacité de transcender la dualité :

               la réussite et l’échec, le froid et le chaud, le plaisir et la douleur

•            Shraddha : la foi absolue

•            Samadhana : la concentration parfaite

4. Mumukshutva : le désir intense d’atteindre la libération, la découverte du Divin.

 

On trouve la voie de jnana yoga dans d’autres traditions que védique : les musulmans étudient le Coran et même le vénèrent, les catholiques lisent la Bible pour se guider. Mais citons ici des grands jnana yogis d’Inde : Adi Shankarâchârya, Ramana Maharishi, Jiddu Krishnamurti, Sri Aurobindo, Nisargadatta Maharaj, Swami Chinmayananda.

 

Raja Yoga

 

raja

Raja signifie en sanskrit « royal ». Il rappelle l’idée que ce sont les rois qui ont le pouvoir. Ceci dit un vrai roi est celui qui maîtrise d’abord son mental. Le raja yoga sous-entend tout d’abord le contrôle du mental et des sens. La voie du raja yoga peut être suivie via différents styles et méthodes, aujourd’hui connus sous le nom de hatha, kriya, vinyasa, Iyengar etc.

 

Le raja yogi observe les mouvements de son mental, ses pensées en silence. Il sait comment orienter ses pensées vers la Source, comment purifier progressivement la conscience des attachements et désirs individuels et se tourner vers le désir universel. Ce désir universel représente l’Amour Inconditionnel (Prema).

 

Le raja yogi est celui qui choisît le chemin de « ashtanga », ce qui veut dire en sanskrit « constitué de 8 parties », (« asta » signifiant huit).

 

1. Yama: discipline sociale / régulations éthiques

                        A. Ahimsa : non violence

                        B. Satya : dire la vérité

                        C. Asteya : ne pas voler

                        D. Brahmacarya : contrôler les pulsions sexuelles

                        E. Aparigraha : prendre seulement ce qui nous est nécessaire

 

2. Niyama: discipline individuelle / observations intérieurs

                        A. Saucha : propreté

                        B. Santosha : contentement

                        C. Tapas : austérité

                        D. Svadhyaya : observations spirituelles et examen de soi

                        E. Ishvara pranidhana : dévouement au Divin

 

3. Asana: pratique des postures

4. Pranayama: travail avec la respiration

5. Pratyahara: contrôle des sens

6. Dharana: concentration ou la fixation des sens sur un objet

7. Dhyana: méditation ou attention continue, la contemplation dans l’absorption

8. Samadhi   : l’éveil / la réalisation du Soi

 

Sadasiva Brahmendra, Gorakhnath, Swami Sivananda, Sri Krishnamacharya et Paramahamsa Yogananda, ont été des raja yogi accomplis.

 

 

Bhakti Yoga

 

Prayer silhouette

Bhakti signifie en sanskrit « adoration » ou « dévotion ». Les rishis (sages) disent que si toutes les voies du yoga demandent des efforts et du labeur, celui qui prend la voie bhakti, doit juste ouvrir son cœur.  Il est important de noter que bhakti yoga est aussi avant tout une attitude d’esprit mais n’est  pas une école en soi. Dans ce sens le bhakti, en tant qu’il demande seulement une ouverture du cœur, est présent dans toutes les traditions spirituelles : aussi bien dans le christianisme que dans l’islam ou le judaïsme.

 

Mais bhakti n’est pas juste une attitude sentimentale devant l’autel du temple. Bhakti c’est aussi l’expérience de l’absorption dans le Divin. Le véritable bhakta voit dans toute la création les manifestations multiples et infinies du Divin, peu importe le support nécessaire à sa manifestation. Pour l’un cela pourra être Krishna, pour un autre Jésus, ou bien encore la Mère Divine, ou Allah, ou Shiva. Les paroles et l’énergie d’Amour Inconditionnel (Prema) qui émergent des saints de toutes les traditions sont les mêmes ! 

 

Le bhakti se pratique le plus souvent à travers la musique et des chants dévotionnels en sanskrit nommés « bhajans ». Le son comme l’énergie la plus subtile est directement lié au centre du cœur en chacun (Anahata chakra). Le chant ouvre ce centre et purifie le cœur. Pour cela la pratique de récitation de mantra ou celle de prière est l’un des piliers de bhakti yoga.

 

Les grands bhakta étaient : Bhaktivedanta Swami Prabhupada, Râmakrishna Paramahamsa, Shirdi Sai Baba.

 

Pourquoi quatre yogas ?

 

bhakti karma raja jnana yoga

La tradition védique n’est pas une pure théorie, elle se base toujours sur ce que l’on pourrait nommer des lois de la Nature. Les quatre voies du yoga correspondent aux quatre éléments : la terre, l’eau, le feu et l’air et respectivement à ce qui en occident nous appelons, depuis Hippocrate de Cos, les quatre tempéraments : le mélancolique, le flegmatique, le colérique, et le sanguin.

 

Ainsi les personnes chez qui domine l’élément de la terre sont davantage prédisposées au karma yoga, qui mobilise le côté pratique et matériel. Le bhakti yoga serait plus naturel pour les gens reliés à l’élément de l’eau, chez qui l’émotion prime sur le reste. Raja yoga est associé à l’élément de feu car cette voie demande beaucoup de volonté et de détermination. Et enfin les jnana yogi, sont généralement des intellectuels mûs par la soif d’étudier, cette tendance correspond à l’élément de l’air.

 

Le yoga c’est un tout

 

Mais comme dans la nature rien n’existe dans son état pur et séparé du reste, de même dans le yoga, l’on ne peut pas vraiment se dire qu’il n’existe qu’un seul chemin. Ces quatre aspets se pratiquent parallèlement, car le bhakti (dévotion) sans le jnana (connaissance) peut rapidement prendre la forme de fanatisme, la voie du raja (contrôle du mental) sans le bhakti se dessèche et risque de se transformer en exercices automatiques. Le bhakti sans le karma (action) ne peut pas trouver d’expression, comme l’argile qui a besoin que des mains le transforment en amphore.

 

Regardez l’interview avec Brahmacharini Dipamrita Chaitanya au sujet des 4 voies du yoga

 

Préparé par Maitri

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *